La bienveillance parentale est-elle synonyme de laxisme ?

  • 0 comments
La bienveillance éducative est-elle synonyme de laxisme ?

 

On parle de plus en plus d’éducation positive, et le terme « BIENVEILLANCE » revient beaucoup.
Selon Christelle Thaeron, de l’association Graine d’adulte, nombre de parents, mal renseignés, pensent qu’une éducation bienveillante équivaut à du laxisme envers les enfants. Grâce à cet entretien avec elle, nous vous invitons à vous interroger sur ce qu’est, réellement, la bienveillance éducative.

La définition du dictionnaire

Si on s’arrête au Larousse, je comprends ces parents… nous dit Christelle : « Capacité à se montrer indulgent, gentil et attentionné envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive ».
Appliqué au monde parental, et à l’éducation, le mot « indulgent » peut faire penser à de la complaisance…!
Sauf qu’avec la « Discipline positive », courant que j’exerce, on retrouve le mot « discipline », qui a tout son sens !
Discipline et complaisance….ça ne fait pas bon ménage !
Alors, je vous invite à continuer nos recherches pour aller plus loin que cette définition !

Que dit Catherine Gueguen ?

Catherine Gueguen, pédiatre formée à l’haptonomie et à la Communication Non Violente (CNV), a fait découvrir au grand public, grâce à deux livres, les notions de bienveillance et d’empathie. De la bienveillance, elle dit : « c’est porter sur autrui un regard aimant, compréhensif, sans jugement, en souhaitant qu’il se sente bien, et en y veillant. »
Traduction : si un enfant fait une colère, essayez d’abord de comprendre ce qui se passe en lui et surtout, surtout… continuez à lui vouloir du bien !
Là, j’imagine certains parents commençant à hausser les sourcils : « N’importe quoi ! Faut s’imposer ! On ne va pas être gentil alors qu’il nous fait un sketch ou refuse d’obéir !!!! »
Mais j’invite ceux qui veulent continuer à réfléchir à aller plus loin…

A quel moment être ferme, alors, afin de ne pas glisser vers la complaisance ?

Ma réponse est simple : juste après ! Après avoir exprimé très sincèrement notre compréhension sur l’envie et l’état émotionnel de l’enfant. Par exemple :
« Je comprends très bien ton envie de jouer à la console plutôt que de faire tes devoirs (après tout, même pour nous, se mettre à certaines tâches n’est pas toujours simple) ET tu te souviens de l’accord fixé ensemble à ce sujet ? »
Si cela ne suffit pas, on peut également lui demander : « Qu’est ce que je peux faire pour t’aider à respecter cet accord? »

C’est bien sûr juste un exemple ! Il y a pleins d’autres façons de faire, en fonction de l’âge de l’enfant, ou même du style parental. Ce qui compte est de comprendre le mécanisme. L’intention de bienveillance passe donc par le regard, les mots, le ton, le toucher… Si tout votre corps exprime sincèrement votre compréhension de son envie ET votre intention de faire respecter les limites fixées… vous y êtes !

Quels parents sommes-nous ?

La limite, on le voit, reste quand même présente, elle existe et doit être respectée. Pour nous, parents formés à la discipline positive c’est une forme de bienveillance que d’apprendre à un enfant de respecter une limite.
Seule notre façon de faire change ! On crie moins, on n’arrache pas des mains la console , on ne menace pas pour soumettre.
Cela fait-il de notre communauté « des parents laxistes » ? Pas du tout.
Cela fait il de nous des bouddhas, extra terrestres, voulant surprotéger nos enfants de la moindre contrariété ? Je ne pense pas non plus !
Nous avons juste décidé d’éviter au maximum les relations de force ou de pouvoir en famille. Nous nous sommes formés pour apprendre à communiquer autrement que par réflexe. Notre choix est de faire grandir nos enfants en les faisant réfléchir, et coopérer au maximum. Pas en leur apprenant à se soumettre à plus fort qu’eux.

Est-ce que cela élimine totalement le conflit ?

Non, ce serait mentir ! Mais sa présence diminue considérablement, et on le gère différemment !
Chez nous, la fermeté et la bienveillance sont semblables au mouvement de la respiration.
Pourriez-vous choisir entre inspirer et expirer ? Nous ne pouvons fonctionner de façon viable sans les 2 !

Cet article vous pousse à vous interroger davantage ? Christelle vous invite à vous joindre à un débat qui promet d’être passionnant, sur le thème « La bienveillance parentale : piège ou ressource ? », le mercredi 9 mai 2018 à 14h30, à La Douce Parenthèse (8 rue Maucoudinat, Bordeaux).
Lien vers l’événement Facebook.

Pour en savoir plus sur Graine d’Adulte, consultez sa fiche en cliquant ici !

Share Social